Présentation de la promotion Roi Alexandre 1er de Yougoslavie (34-36)


Entrée à la Spéciale en 1934 au nombre de 306, dont un officier étranger, HUSSEIN ZOGU, neveu du roi d'Albanie, la promotion "Roi Alexandre 1er de Yougoslavie" se choisit comme Système le lieutenant LAPADU HARGUES. Celui-ci, dont le fils Antoine fait partie de la promotion "Jeanpierre", sera un des premiers "morts pour la France" en 1939. La promotion a en effet payé un lourd tribut dans les différentes campagnes qui se sont succédées depuis sa sortie d'école : Narvik, France et Belgique, Maroc et Tunisie, Libye et Italie, déportation et résistance, Chine et Indochine, voici les lieux où 58 de ses officiers (soit 1 sur 5) sont "morts pour la France". 

En 1986, la promotion se trouve très présente en région parisienne, et encore très active puisque le général d'armée de GALBERT est l'actuel Gouverneur militaire des Invalides, comme le fut avant lui le général MONCLAR. S'il n'est pas possible de rassembler à Coëtquidan le 08 novembre 1986 les 170 officiers formant aujourd'hui la très bahutée promotion Roi Alexandre 1er de Yougoslavie, les présents sont heureux de pouvoir entourer leurs jeunes de la Jeanpierre et de la Monclar.


Le roi Alexandre 1er de Yougoslavie

Né le 16 décembre 1888, Alexandre 1er Karageorgévitch fut roi de Yougoslavie de 1921 à 1934. Fils de Pierre 1er de Serbie, ancien Saint-Cyrien, il fut nommé régent en juillet 1914, accompagna l'armée serbe dans sa difficile retraite à travers l'Albanie en 1915 et dirigea sa réorganisation. Nommé régent du royaume des Serbes, Croates et Slovènes le 1er décembre 1918, il devint roi en août 1921, mais il eut bientôt à faire face aux problèmes posés par la coexistence de trois nationalités en un même État.

L'assassinat, au Parlement de Belgrade, d'un député croate lui fournit le prétexte d'instituer une dictature royale (6 janvier 1929). Malgré le changement du nom officiel du royaume en celui de Yougoslavie (octobre 1929), il resta fidèle à sa politique, qui privilégiait systématiquement les Croates, parmi lesquels s'organisa le mouvement nationaliste terroriste des Oustachis. Sa politique étrangère fut fondée sur l'alliance avec les Tchèques et les Roumains dans le cadre de la Petite Entente. Arrivant en France en visite officielle, il fut assassiné à Marseille par des terroristes croates, en même temps que le ministre français BARTHOU.